LE JARGON FRANÇAIS DE LA MAINTENANCE :

QUELQUES EXEMPLES


ACCESSIBILITÉ VERS LE COMPOSANT


Voilà une formulation contradictoire car on peut aller « vers » un point sans jamais l’atteindre, auquel cas le point n’est pas accessible. Sans doute est-il trop simple de dire « accessibilité du composant ».

ANALYSE DES MODES DE DÉFAILLANCE, DE LEURS EFFETS ET DE LEUR CRITICITÉ

Cette traduction abracadabrante de l’anglais failure modes, effects and criticality analysis (en abrégé FMECA) en dit long sur la méconnaissance, chez son auteur, de la syntaxe de l’anglais technique, et en particulier de ce qu’on peut appeler « empilement » ou nom surcomposé. L’ordre correct de traduction est le suivant :
- en 1, analysis (le mot pivot) = analyse,
- en 2, modes, effects and criticality : trois noms mis sur le même plan par un séparateur (,) et un coordonnant (and) et traduisible dans l’ordre = des modes, des effets et de la criticité,
- en 3, failure, modificateur invariable qui porte à la fois et dans l’ordre sur modes, sur effects et sur criticality = des défaillances.
On se retrouve donc avec « analyse des modes, des effets et de la criticité des défaillances », ce qui n’est pas tout à fait la même chose : il est question non pas « des effets et de la criticité des modes de défaillance » mais « des modes, des effets et de la criticité des défaillances ».
Pour la route, une dernière traduction aberrante rencontrée sur l’Internet : « analyse du niveau de criticalité des modes de bris et leurs effets » !

ANALYSE VIBRATOIRE

Sur le même modèle, on pourrait fabriquer « analyse huileuse » au lieu de « analyse des huiles » ! Conservons donc « analyse des vibrations », qui est la traduction correcte de l’anglais vibration analysis.

ARBRE DE PANNE

La panne n’étant pas une quantité indénombrable, on ne voit pas pourquoi le mot serait au singulier dans cette expression. Il convient donc de dire « arbre des pannes » ou « arborescence des pannes » pour traduire failure tree ou fault tree (en espagnol, on dit d’ailleurs « arbol de averias »).

DIAGRAMME DE TRANSITION

A l’instar d’un gouvernement de transition entre ancien pouvoir politique et nouveau pouvoir, un diagramme de transition ne saurait être qu’une étape intermédiaire entre un ancien diagramme et un nouveau. Ce n’est évidemment pas le cas. Cette traduction incorrecte et tronquée de l’anglais state-transition diagram doit céder la place à l’expression « diagramme des transitions entre états » (« diagramme des transitions d’états » serait moins clair).

E-MAINTENANCE

L’emploi en français de ce néologisme anglais (contraction de l’expression electronic maintenance) où e se prononce comme un « i » long, n’est pas sans créer des problèmes d’euphonie dont on se passerait bien. On trouve en effet « la e-maintenance », « une e-maintenance », « projet de e-maintenance » (mais aussi « l’e-maintenance », « plate-forme d’e-maintenance »). Pour éviter ces « a eu » et « eu eu », ne pourrait-on pas dire tout bonnement « maintenance électronique » (voire « maintenance élec »), ou « maintenance en ligne », ou encore « maintenance via l’Internet » ?

FONCTION MAINTENANCE

Voilà un calque de l’anglais maintenance function, expression sybilline et prétentieuse qui ne veut rien dire d’autre que « service de maintenance » ou « activités de maintenance », ou encore tout simplement « maintenance », à preuve les emplois suivants :
- This computer program is used to manage the maintenance function in a plant : Ce programme informatique sert à gérer les activités de maintenance au sein d’une usine;
- This database allows you to benchmark your maintenance function against other organisations : Cette base de données vous permet de confronter votre maintenance à celles d’autres entreprises.
Ce que certains appellent, sans crainte du ridicule, « l’opérateur de la fonction maintenance » n’est rien d’autre que « le responsable de la maintenance ».

FUITE ZÉRO

Cet anglicisme, qui est quasiment le reflet, dans un miroir, de l’anglais zero leaks, n’en dit pas plus que le français « absence de fuites ».

IMMAINTENABILITÉ

Il était déjà difficile d’échapper à la francisation de l’anglais maintainability, voilà que l’on nous concocte le néologisme « immaintenabilité » pour faire pièce à l’antonyme unmaintainability, désignant le fait d’être au-delà de toute possibilité de maintenance. Avec le verbe transitif « maintenancer », on aurait pu faire « maintenançable » et « non-maintenançable » et, partant, « maintenançabilité » et « non-maintenançabilité », qui sonnent quand même mieux. Maintainable et unmaintainable peuvent se traduire par ailleurs par «gérable » et « ingérable » lorsqu’il s’appliquent à du code de programmation en informatique.

INTOLÉRANCE AUX FAUTES

L’expression française correcte est « sensibilité aux défaillances » (cf « tolérance aux fautes » infra).

MAINTENANCE BASÉE SUR LA FIABILITÉ (MBF)

Voilà une mauvaise traduction de l’expression anglaise reliability-centred maintenance, c’est-à-dire littéralement « maintenance centrée sur la fiabilité ». On rencontre désormais l’expression alambiquée et incorrecte « optimisation de la maintenance par la fiabilité » (« par la recherche de la fiabilité » serait plus indiqué).

MAINTENANCE CONDITIONNELLE

Cette expression au sens propre désigne une maintenance soumise à certaines conditions et n’est donc pas synonyme de l’expression anglaise condition-based maintenance, où condition-based signifie « lié à l’état (du matériel) ».

MAINTENANCE DÉPORTÉE

A voir cette expression incongrue, comment ne pas se demander : « déportée sur la droite ou sur la gauche, sur l’avant ou sur l’arrière ? ». Elle est censée être la traduction de l’anglais offsite maintenance, littéralement « maintenance hors site », « maintenance locale ». Ces deux expressions ne seraient-elles pas plus appropriées ?

MAINTENEUR

Traditionnellement, un « mainteneur » est une personne qui a la charge de maintenir en vie une institution, une commémoration, une tradition, etc., à l’instar des « mainteneurs des Jeux floraux » à Toulouse, ou de tel personnage historique « mainteneur de la Nation », ou encore de tel ancien maquisard « mainteneur de la mémoire de la Résistance ». Appliquer ce terme à un technicien de maintenance, c’est en forcer le sens : si l’on peut dire de ce technicien qu’il « maintient en bon état » le matériel qui lui est confié, on ne peut pas dire qu’il « maintient » (tout court) ce matériel, expression qui est un anglicisme suscité par l’anglais to maintain (au sens d' entretenir). « Maintenancien » (pour une personne) et « maintenanceur ») (pour une société), tous deux fabriqués à partir du néologisme « maintenancer », sont mieux indiqués. Quant à « maintenicien », il doit être réservé aux personnes qui font de la « maintenique » ou maintenance assistée par ordinateur.

MAINTENIR UN SYSTÈME

« Maintenir » un système, c’est le conserver tel quel, ne pas y toucher, ne pas le remplacer, ce qui n’est pas tout à fait la même chose que le « maintenir en état de fonctionnement », ou encore l’ « entretenir ». En fait, à bien y réfléchir, « maintenir un système », c’est ne pas l’entretenir, ne pas le dépanner, un comble ! Si en anglais le verbe to maintain correspond bien par le sens au substantif maintenance, par contre en français le verbe « maintenir » correspond au susbtantif « maintien ». A défaut d’employer le néologisme « maintenancer », il convient donc de se contenter de la périphrase « assurer la maintenance de ».

SURVIVABILITÉ

Il ne s’agit ni plus ni moins que de la francisation irréfléchie de l’anglais survivability, substantif formé sur l’adjectif survivable, lui-même formé sur le verbe to survive, traduit par « survivre » lorsqu’il est transitif et « survivre à » lorsqu’il est transitif. « Survivre à » étant un verbe transitif indirect, « survivable » est impossible en français, il faut se contenter d’une paraphrase comme « auquel / à la quelle on peut survivre » ou encore « à fortes probabilités de survie ». Survivability sera donc traduit par « capacité de survie ».

TOLÉRANCE AUX FAUTES

Cet anglicisme fabriqué à partir de fault tolerance, littéralement « insensibiltié aux défaillances », est doublé d’une incorrection (il faudrait dire « tolérance à l’égard des fautes »).

home    tech voc   gen voc   grammar   EtoF   FtoE   exam papers   texts   pronunciation   manuals   franglais   dictionaries   publications   Q&A   images   links

© Christian Lassure - English For Techies