BTS D'INFORMATIQUE INDUSTRIELLE - SESSION DE 1998

Académies de Paris, Créteil et Versailles

EPREUVE ÉCRITE D'ANGLAIS


 RAPPORT DE LA COMMISSION D'ANGLAIS

L'ÉPREUVE

Pertinence du sujet

Le texte choisi pour l'épreuve est récent (novembre 1997) et porte sur un aspect de la programmation –  les nouveaux outils permettant de tester automatiquement les logiciels – qui ne devait pas être inconnu des candidats et qui, en tout cas, a dû susciter leur intérêt.

Le compte rendu

Le texte choisi favorisait à nouveau la rédaction d'un compte rendu de type linéaire au détriment de la synthèse. Le corrigé proposé, qui reprenait point par point et linéairement l'ensemble du texte, indiquait aux correcteurs la voie à suivre.

La traduction

La version proposée cette année était plus courte que celle des sessions précédentes mais néanmoins suffisante pour permettre aux correcteurs d'apprécier la qualité d'expression des candidats.

La question en anglais

Le nouveau référentiel n'ayant pas été diffusé auprès des professeurs concernés, la présence d'une question en anglais a été une surprise pour eux mais aussi et surtout pour les candidats, tant et si bien que nombre de ces derniers ont fait l'impasse sur ce nouvel exercice auquel ils n'avaient pas été préparés.

Si cette innovation est en définitive bien accueillie par les professeurs qui y voient une évolution vers une épreuve davantage tournée vers l'anglais et moins vers le français, on peut se poser des questions sur sa pertinence par rapport aux nécessités professionnelles qu'auront à connaître nos futurs informaticiens : auront-ils vraiment à rédiger en anglais ?

Choix et usage du dictionnaire

A l'époque des traducteurs électroniques, peut-être faudrait-il préciser que le dictionnaire bilingue autorisé pour l'épreuve est un dictionnaire sur papier. Ceci dit, la mention traditionnelle « l'usage d'un dictionnaire bilingue est autorisé » reste d'une interprétation toujours aussi floue.

LA PRESTATION DES CANDIDATS

Le compte rendu

Dans nombre de copies, les paragraphes 8, 9 et 10 ont été carrément laissés de côté ou alors ont été mal interprétés en raison de la difficulté à saisir le sens des expressions « statement coverage » (taux de prise en compte des instructions) et « path coverage » (taux de prise en compte des chemins).

La traduction

Comme chaque année, les mots surcomposés ont donné lieux à diverses catastrophes; ainsi, « automated software-testing tools » (outils de test automatique de logiciels), traduit plus ou moins approximativement, ou, simple nom composé, « software testing », rendu par « logiciels de test » au lieu de « test des logiciels ». De même, le recours au dictionnaire général a produit son lot de perles : que penser du candidat qui a traduit « developer » par « promoteur », sinon qu'il aurait mieux fait d'investir dans un dictionnaire informatique. Plus inquiétant, certains candidats n'ont pas su traduire un terme aussi essentiel que « runtime » (exécution). Le groupe gérondif « debugging code » (déboguer les lignes de programme) a été rarement perçu comme tel.  Etc., etc.

La question

Sur le lot de 24 copies corrigées par l'auteur de ces lignes, 11 copies avaient purement et simplement « oublié » la question, et une copie avait traité la question en français. Sans commentaire !

Les résultats

La moyenne des notes s'établit aux alentours de 9,2 et reste de ce fait dans les mêmes eaux que celles de 1997 (9,5) et 1996 (9,4). Mais derrière cette moyenne se cachent de très grandes disparités : d'une part les correcteurs ont eu pour consigne d'user de tout l'éventail de la notation et de bonifier au maximum les copies qui sortaient de l'ordinaire, d'autre part certaines copies, très faiblement notées, émanaient de candidats dont manifestement le français n'est pas la langue maternelle.

A PROPOS DES NOUVELLES MODALITÉS DE  L'ÉPREUVE ORALE

Il est regrettable d'avoir changé l'oral facultatif permettant d'avoir une mention sur le diplôme en un oral facultatif pénalisant les étudiants obtenant une note inférieure à la moyenne. Evidemment, ayant appris la bonne nouvelle en cours d'année, les étudiants se sont « désinscrits » en masse. Effet inattendu ou conséquence voulue ?

Pour les membres de la Commission d'anglais, le Président

Christian Lassure

sommaire exam papers